Pour cette 10ème édition de l’enquête Mercer consacrée aux NAO, nous avons interrogé un panel de DRH et de Responsables Rémunération et Avantages sociaux sur une période allant d’octobre 2021 à mars 2022, par le biais d’un questionnaire en ligne et d’entretiens individuels. Cette édition a rassemblé une cinquantaine de répondants en moyenne par mois tout secteur d’activité confondu.


Négociations Annuelles Obligatoires - Tendances 2021-2022

 

Les NAO 2021-2022 ont démarré fin 2021 dans un contexte de reprise économique post-Covid 19, de début d’inflation et de difficultés à attirer et fidéliser les talents.

 

Lorsque les négociations ont débuté fin 2021, les projections macroéconomiques anticipaient sur un fort rebond de l’économie et une inflation maîtrisée. En conséquence, face à des attentes fortes, les entreprises ont globalement joué le jeu en tablant sur un budget à hauteur de l’inflation contrairement aux années précédentes où l’on assistait à une sélectivité dans l’octroi des augmentations individuelles au détriment des augmentations générales.

 

Le volume de l’enveloppe d’augmentation du salaire de base prévu en 2022 s’établit sur un niveau médian de 2,80% (vs 1,41% en 2021, 2% en 2020).

 

 

A partir de février, avec le début du conflit en Ukraine et ses conséquences sur le pouvoir d’achat, les entreprises ayant terminé leurs NAO sont à nouveau challengées et un certain nombre d’entre elles envisagent de relancer les négociations à mi-année afin de venir en aide aux plus bas salaires. Certaines sociétés avaient même initié une clause de revoyure dans le PV initial.

 

Par ailleurs, les entreprises françaises cherchent à répondre à la guerre des talents par une sélectivité des augmentations tout en maintenant le pouvoir d’achat des salariés : une équation économique complexe en cette période de tensions. 


Négociations Annuelles Obligatoires 2021-2022

Téléchargez le rapport

*Champs requis