20ème Enquête internationale Mercer sur la Qualité de Vie | 2018

20ème Enquête Internationale Mercer sur la Qualité de Vie : l’Europe toujours au sommet !

Presse

20ème Enquête internationale Mercer 2018 sur la Qualité de Vie : l’Europe toujours au sommet !

  • 20 Mars 2018
  • France, Paris

Mercer publie cette année la 20ème édition de son enquête annuelle sur la qualité de vie dans le monde. Malgré une certaine volatilité économique, sur fond d'instabilité politique et d'incertitudes liées notamment au Brexit, la plupart des villes européennes s’affichent toujours parmi les mieux classées. Celles des marchés dits émergents rattrapent, elles, les meilleures élèves du classement après plusieurs décennies d'investissements dans les infrastructures ou les équipements dédiés aux loisirs et au logement. Un pari gagnant qui leur a permis d’attirer sur leurs territoires de nouvelles sociétés et donc de nouveaux talents attentifs à ces critères sur lesquels Mercer a décidé de se pencher plus précisément cette année.

Tendances Clés 2018

  • Vienne arrive en tête de la qualité de vie pour la 9e année d'affilée ! 
  • La salubrité, élément essentiel de la qualité de vie selon les expatriés 
  • Honolulu, première des villes performantes en termes de salubrité 
  • Paris et Lyon, respectivement 39ème et 40ème du classement sur la qualité de vie mais 67ème et 44ème en matière de salubrité

Reconnue pour être l'une des plus exhaustives au monde, l'étude Mercer est conduite chaque année pour permettre aux multinationales et autres organisations de rémunérer équitablement les collaborateurs auxquels elles confient des missions à l'international. Au-delà des données sur la qualité de vie, Mercer formule des recommandations sur l'ordre de grandeur des primes de difficulté de vie à accorder aux salariés en mobilité internationale pour plus de 450 villes; le classement portant lui sur 231 de ces destinations.

A l’occasion du 20ème anniversaire de son classement, Mercer a également réalisé un focus sur la salubrité en étudiant différents critères relatifs à l’attractivité des villes tels que : les services d’enlèvement des ordures et d’évacuation des eaux usées, les maladies infectieuses, la pollution atmosphérique, et la disponibilité et la qualité de l’eau.

« La mondialisation se poursuit et la démographie de la main-d'œuvre évolue. Aussi dans les cinq ans qui viennent, il va devenir crucial pour les entreprises de savoir attirer et retenir leurs talents. Toujours plus différents les uns des autres, mus par les deux tendances de fond que sont la mobilité et le numérique, les individus se distinguent par des exigences et des aspirations extrêmement divergentes quant à la carrière, au mode de vie, et, en fin de compte, à la localisation et au lieu de travail. Plus que jamais elles doivent donc tenir compte de ces critères dans la proposition de valeur qu’elles font à leurs employés, locaux comme aux salariés en mobilité internationale », avertit Ilya Bonic, Directeur associé et Président de l’activité de gestion des talents chez Mercer.

Classement mondial des villes selon la qualité de vie

Cette année encore, Vienne finit sur la première marche du podium et ce pour la neuvième année consécutive, devant Zurich (2ème), Auckland et Munich (3ème ex aequo). À la 5ème place, Vancouver complète le top five en se hissant au premier rang des métropoles d’Amérique du Nord. Singapour (25ème) et Montevideo (77ème) sont quant à elles les villes les mieux classées d’Asie et d’Amérique latine.

Qualité de vie - TOP 10 des villes les mieux classées

Qualité de vie - TOP 10 des villes les moins bien classées

Classement mondial des villes selon la salubrité

Les villes européennes sont moins représentées dans ce palmarès dominé par l’Amérique du Nord et le Pacifique. Honolulu arrive ainsi en tête, devant Helsinki et Ottawa, deuxièmes ex aequo, tandis que Dhaka (230ème) et Port-au-Prince (231ème) occupent les deux dernières places.

Salubrité - TOP 10 des villes les mieux classées

Salubrité - TOP 10 des villes les moins bien classées

« La réussite d'une mission à l'étranger dépend du bien-être personnel et professionnel de l’expatrié et de la qualité de vie de sa famille », précise Slagin Parakatil, Analyste Senior et Responsable de la recherche sur la qualité de vie chez Mercer. « En plus d’être un obstacle de taille à l’attractivité d'une ville pour les entreprises et les talents, une mauvaise qualité de vie se fait sentir sur le mode de vie d'un expatrié. Or les jeunes générations, et notamment les membres de la génération Y, attendent souvent beaucoup sur le plan du style de vie et des possibilités de loisirs et de divertissements. Les entreprises envoyant des salariés en mobilité internationale se doivent donc d'établir un panorama complet des conditions régnant sur le terrain pour pouvoir rémunérer au mieux leurs employés au cas où leur qualité de vie se détériorerait ».

« De même, toute organisation envisageant de s’implanter dans une nouvelle ville a intérêt à procéder à une évaluation des infrastructures de la ville à court, moyen et long terme. Les décideurs sont de plus en plus nombreux à admettre que la mondialisation pousse les villes à devoir informer, innover et se concurrencer pour attirer les individus et les investissements : telle est la clé du futur pour une métropole ! », conclut M. Parakatil.

L’Europe toujours bonne élève de ce classement

Vienne conserve sa place de numéro un en Europe et dans le monde, tant pour la sécurité qu’elle procure à ses habitants que pour l'efficacité de ses transports en commun, et la diversité de ses structures culturelles et récréatives.

Munich monte quant à elle sur la troisième marche du podium : axée depuis longtemps sur des investissements dans les hautes technologies et la promotion des établissements culturels, ses actions semblent désormais porter leurs fruits. Suite à l’attaque terroriste perpétrée à Stockholm (23ème), la capitale suédoise recule quant à elle de trois places, alors qu’Oslo (25ème) et Lisbonne (38ème) en gagnent respectivement six et cinq places. Londres demeure, elle, assez loin dans la liste et abandonne ainsi une place, pour se classer 41ème. En cause, des problèmes persistants liés à l’engorgement de son trafic et à la pollution atmosphérique qui en découle.

En France, Paris perd cette année encore une place passant de la 38ème à la 39ème place mais continue d’offrir une qualité de vie élevée grâce notamment à la performance de ses infrastructures, tant en termes de transports que de loisirs. Combinées à la variété des biens de consommation disponibles, la capitale tricolore demeure ainsi parmi les 50 premières villes en termes de qualité de vie. Concernant la salubrité en revanche, Paris n’arrive qu’à la 67ème place.

Lyon perd également une place au classement et se retrouve 40ème. Pourtant tout comme Paris, la 3ème ville de France jouit des mêmes atouts et demeure très attractive. Elle performe cependant dans le classement sur la salubrité puisqu'elle se hisse à la 44ème place.

Dans le classement dédié à la salubrité, on retrouve aussi plusieurs villes nordiques parmi les dix premières au monde : Helsinki se hisse ainsi à la deuxième place, quand Copenhague, Oslo et Stockholm occupent ex aequo la 8e place.

Le résultat mitigé des villes du continent américain

En Amérique du Nord, les métropoles canadiennes décrochent la meilleure note en matière de qualité de vie, Vancouver (5ème) conservant son premier rang dans la région. San Francisco (30ème) est la mieux classée des villes américaines, devant Boston (35ème), Honolulu (36ème), Seattle (44ème) et New York (45ème). La progression du taux de criminalité à Los Angeles (64ème) fait chuter la ville de six places. En recul de deux places, Monterrey (112ème) est la première ville mexicaine, sachant que la capitale, Mexico, perd de son côté une place (129ème).

En Amérique du Sud, Montevideo (77ème) se hisse à la première place pour la qualité de vie, devant Buenos Aires (91ème) et Santiago (92ème). Quant à Caracas (193ème) et Port-au-Prince (228ème), elles sont les villes les plus mal classées de la région. En chute de 21 places, la ville de San Juan (96ème) connaît la dégringolade la plus marquée au classement mondial.

Dans le classement dédié à la salubrité, Honolulu occupe la toute première place à l’échelle régionale et mondiale, devant Ottawa (2ème). Classée 71ème, Montevideo finit, de son côté, première des métropoles sud-américaines.

De grandes disparités au sein de la zone Moyen-Orient et Afrique

De toute la région africaine et moyen-orientale, Dubaï (74ème) demeure la mieux classée des villes, légèrement devant Abu Dhabi (77ème), qui grimpe de deux places. Damas (225ème), Sanaa (229ème) et Bagdad (231ème) occupent pour leur part les trois derniers rangs pour la qualité de vie. Toutes deux 65ème en matière de salubrité, Abu Dhabi et Dubaï se distinguent en arrivant au sommet du classement régional. Seules quatre autres villes de la région intègrent le top 100 : Mascate (70ème), Tel-Aviv (87ème), Manama (93ème) et Koweït City (99ème).

Sur le continent africain, Port-Louis (83ème) arrive première en termes de qualité de vie, devant Durban (89ème), Le Cap (94ème) et Johannesburg (95e). N’Djamena (226ème), Khartoum (227ème) et Bangui (230ème) demeurent les villes les plus mal classées de la région. L'instabilité politique persistante, la pauvreté, les conditions climatiques extrêmes et le déficit d'investissements dans les infrastructures relèguent en effet ces villes au fin fond du classement de la qualité de vie.

Enfin, Victoria (58e) décroche la meilleure note du continent en termes de salubrité, devant Durban (73ème) et Port-Louis (80ème), alors que Brazzaville (225ème) et Antananarivo (226ème) occupent les dernières places.

Singapour toujours en tête dans la zone Asie-Pacifique

Singapour demeure la ville la mieux classée à l’échelle planétaire (25ème), quand Dhaka, elle, pointe au 216ème rang. En Asie du Sud-Est, Kuala Lumpur (85ème) vient après Singapour, mais devant Bangkok (132ème), Manille (137ème) et Jakarta (142ème).

Cinq métropoles japonaises occupent les premières places du classement en Asie orientale : Tokyo et Kobe (50ème ex aequo), Yokohama (55ème), Osaka (59ème) et Nagoya (64ème). Parmi les autres métropoles notables, on peut citer Hong Kong (71ème), Séoul (79ème), Taipei (84ème), Shanghai (103ème) et Pékin (119ème). Le classement salubrité fait également ressortir des écarts considérables dans la région : ainsi, Kobe, métropole la mieux placée, finit 8ème, tandis que Dhaka s’affiche à la 230ème place.

La Nouvelle-Zélande et l'Australie conservent quant à elles une position appréciable au plan de la qualité de vie : Auckland (3ème), Sydney (10ème), Wellington (15ème) et Melbourne (16ème) figurent en effet toujours dans les vingt premières places. Les villes de la région s'illustrent également par leur bilan positif dans le domaine de la salubrité, Auckland se hissant au 5ème rang global, et Adélaïde, au 7ème.

A l’inverse, que ce soit en termes de qualité de vie ou de salubrité publique, les 10 dernières villes du classement sont exclusivement localisées parmi les pays en voie de développement d’Afrique, dans le Golfe et dans les Caraïbes. L’Irak clôt le classement global à la 231ème place, tandis Port-au-Prince arrive dernière de celui sur la salubrité.


Notes de méthodologie

Mercer établit chaque année un classement mondial de la qualité de vie en réalisant son Enquête mondiale sur la qualité de vie. Un rapport spécifique est également rédigé pour chacune des villes étudiées. Le cabinet produit par ailleurs à la fois des indices comparatifs de la qualité de vie entre une ville de référence et une ville hôte, et des comparaisons entre plusieurs villes. Les renseignements voulus sont disponibles en se connectant à l'adresse www.mercer.com/qualityofliving.

Les données ont pour la plupart été analysées entre les mois de septembre et novembre 2017 et feront l'objet d'une mise à jour périodique permettant de prendre en compte les changements survenus dans l'intervalle. Plus précisément, les bilans seront révisés de manière à refléter les évolutions politiques, économiques et environnementales. La liste des classements est communiquée aux médias pour information seulement et ne doit pas être publiée dans son intégralité. Les dix premières et dix dernières villes de chaque liste peuvent être reportées dans un tableau.

Les informations et données obtenues par le biais des rapports consacrés à la qualité de vie ne sont données qu'à titre d'information et sont destinées à être utilisées par les organisations multinationales, les administrations publiques et les mairies. Elles ne sont pas destinées à servir de fondement à des investissements ou à des activités touristiques à l'étranger. En aucun cas, Mercer ne peut être tenu responsable des conséquences d'une décision ou d'une action prise en s'appuyant sur les résultats obtenus à partir des informations ou données contenues dans les rapports. Bien que les systèmes, les sources et les informations ayant servi à produire les rapports soient jugés fiables et précis, ils sont fournis « tels quels » ; par conséquent, Mercer décline toute responsabilité quant à la validité et/ou l'exactitude (ou un autre caractère) des ressources et des données utilisées dans la préparation des rapports. Mercer et ses affiliés ne formulent ni déclaration ni garantie pour ce qui concerne les rapports, et décline toutes garanties expresses, implicites et légales de quelque nature que ce soit, y compris les déclarations et les garanties implicites de qualité, d'exactitude, d'opportunité, d'exhaustivité, de valeur marchande et d'adéquation à un usage particulier.

Collaborateurs en mobilité internationale  dans des lieux d'affectation difficiles : détermination d'indemnités et d'incitations adaptées

Les régimes de rémunération instaurés par les entreprises pour leurs salariés en mobilité internationale doivent être définis de manière rationnelle, cohérente et systématique sur la base de données fiables. La mise en place de primes et la reconnaissance des efforts consentis par les employés et leur famille en acceptant une mission à l'international demeurent une pratique courante, notamment dans les localités difficiles.

Deux incitations sont tout particulièrement répandues :

  • la prime de qualité de vie compense la détérioration de la qualité de vie constatée entre la ville d'origine et la ville d’accueil ;
  • la prime de mobilité, elle, compense simplement le désagrément occasionné par le déracinement et l'obligation de devoir travailler dans un autre pays.

À la différence de l'indemnité de qualité de vie, qui est généralement fonction de la ville d’accueil, la prime de mobilité est le plus souvent un élément incitatif, indépendant de la ville d'accueil. Si certaines multinationales associent les deux primes, la plus grande majorité les verse néanmoins séparément.

Qualité de vie - évaluation des villes : au service des municipalités

Mercer accompagne également les municipalités en les aidant à actionner sur les leviers d'amélioration de leur classement en termes de qualité de vie. Dans un environnement mondialisé, les employeurs se trouvent confrontés à une pluralité de choix lorsqu'il s'agit d'affecter les employés mobiles ou de créer de nouvelles filiales. Or la qualité de vie offerte par une ville constitue une variable importante qu'il appartient aux employeurs d'examiner.

Les dirigeants des métropoles sont nombreux à vouloir connaître les différents facteurs affectant la qualité de vie de leurs habitants et répondre aux problèmes pénalisant leur ville dans le classement global de la qualité de vie. C'est la raison pour laquelle Mercer conseille les municipalités en appliquant une démarche holistique leur permettant de progresser vers l'excellence et d'attirer à la fois les multinationales et les talents mobiles à l’échelle de la planète, à travers l'amélioration des éléments mesurés dans son Enquête sur la qualité de vie.

Recommandations de Mercer applicables aux indemnités de qualité de vie

Partant de données précieuses sur la qualité de vie relative, Mercer formule des recommandations sur l'ordre de grandeur des primes de qualité de vie accordées dans plus de 450 villes de la planète. Il prend invite notamment à prendre en compte pour cela 39 facteurs regroupés dans les 10 catégories ci-dessous :

  • Environnement sociopolitique 
  • Environnement économique 
  • Environnement socioculturel 
  • Conditions médicales et sanitaires 
  • Etablissements d'enseignement et d’éducation 
  • Services publics et transports 
  • Divertissements 
  • Biens de consommation 
  • Logement 
  • Environnement naturel

À propos de Mercer

Créé en 1937, Mercer est le leader mondial du conseil en ressources humaines, en santé prévoyance, en talent, en retraite et en investissements. Grâce à l’expertise de ses 22 000 collaborateurs présents dans plus de 43 pays et à ses activités dans 130 pays, Mercer accompagne aujourd’hui plus de 28 000 clients à travers le monde - grands groupes internationaux, ETI, PME et TPE - à améliorer la santé, l’engagement et la performance de leur atout principal : leur capital humain.

Mercer est une filiale de Marsh & McLennan Companies (NYSE ; MMC), groupe mondial de services professionnels dans les domaines du conseil et de solutions en risques, stratégies d’entreprise et en ressources humaines. Marsh & McLennan Companies est aussi la société mère de Marsh, un des leaders mondiaux du courtage d’assurance et de la gestion des risques, Guy Carpenter, leader mondial des services d’intermédiation en risque et réassurance et Olivier Wyman, l’un des premiers cabinets mondiaux de conseil en management.

INFORMATION