27ème enquête internationale Mercer 2021 sur le coût de la vie et du logement pour les expatriés

 

Les bouleversements du Covid-19 obligent les entreprises à réévaluer leur approche de la mobilité.

 

Achgabat, au Turkménistan, arrive en tête du classement des villes les plus chères pour les expatriés, reléguant Hong Kong au second rang.

Paris, Lyon et Pointe-à-Pitre, seules villes françaises du classement, font un bond en avant et occupent respectivement la 33ème, 100ème et 107ème place.

 

Paris, le 22 juin 2021 – La pandémie bouleverse le classement des villes où le coût de la vie est le plus élevé en 2021, alors que les pays du monde entier continuent à faire face aux conséquences économiques, politiques et sanitaires du Covid-19. La 27ème enquête de Mercer sur le coût de la vie et du logement* apporte un éclairage essentiel sur le coût et la rémunération des expatriés dans ce contexte si particulier. 

Ce qu’il faut retenir*

 

  •         Pour la première fois, la ville d’Achgabat au Turkménistan se classe première des villes les plus chères pour les expatriés, reléguant Hong Kong en seconde position.

 

  • Beyrouth se classe troisième, gagnant 42 places dans le classement en raison d'une grave dépression économique due à la plus grande crise financière de l’histoire du pays, aggravée par la pandémie de Covid-19 et l'explosion du port de Beyrouth en 2020.

 

  • Tokyo et Zurich perdent chacune une place, passant respectivement de la troisième et de la quatrième à la quatrième et à la cinquième position.

 

  • Shanghai se classe sixième, gagnant une place par rapport à l'année dernière. Singapour est passée elle de la cinquième à la septième place. 

 

  • Les autres villes figurant dans le top 10 des villes les plus coûteuses sont Genève (8ème), Pékin (9ème) et Berne (10ème).

 

  •  Dans le top 10 des villes les moins chères figurent Bichkek (209ème), Lusaka (208ème), Tbilissi (207ème) et Tunis (206ème).

 

  • En France, Paris gagne 17 places et passe de la 50ème à la 33ème position dans le palmarès ; même constat pour Lyon et Pointe-à-Pitre qui se classent respectivement à la 100ème (+23 places) et à la 107ème (+ 27 places) position.

 

Le Covid-19 continue de perturber la mobilité internationale

La crise actuelle oblige les entreprises à réévaluer la manière dont elles géreront une main-d'œuvre mobile dans un monde post-pandémique. Les données sur le coût de la vie et du logement, les recherches sur la mobilité menées par Mercer et les enseignements tirés de l’échange quotidien avec ses clients montrent qu'après plusieurs années d'efforts pour moderniser les stratégies de mobilité, les entreprises commencent à mettre en œuvre d'autres formes de mobilité internationale et d'organisation du travail transfrontalier pour soutenir leurs opérations et leur main-d'œuvre internationale. 

 

"Le coût de la vie a toujours été un facteur de planification de la mobilité internationale, mais la pandémie a ajouté une toute nouvelle couche de complexité, ainsi que des implications durables liées à la santé et à la sécurité des salariés, au télétravail et aux politiques de flexibilité, entre autres considérations", commente Ilya Bonic, Président de l’activité de gestion des talents et responsable de la stratégie chez Mercer. "Alors que les organisations repensent leurs stratégies en matière de talents et de mobilité, des données précises et transparentes sont essentielles pour rémunérer équitablement les salariés pour tous les types de missions."

 

La mobilité évolue, passant des expatriations traditionnelles de long terme - c'est-à-dire le transfert temporaire d’un salarié pour quelques années puis son rapatriement dans son pays d'origine - à d'autres types de mobilité tels que les missions de court terme, les recrutements internationaux, les transferts permanents, le commuting**, le télétravail international et les travailleurs indépendants internationaux. 

 

Par ailleurs, l'enquête 2020 de Mercer sur les politiques et pratiques en matière de mobilité internationale a confirmé que de nombreuses entreprises interrogées proposent des options plus flexibles pour s'adapter aux diverses circonstances personnelles des personnes en mobilité. Une autre enquête sur les formes alternatives de mobilité internationale a également révélé que plus de 50% des employeurs interrogés s'attendaient à des changements en termes de nombre de transferts permanents, d’expatriations de jeunes talents, de missions de court terme et de commutting dans leurs organisations en raison de la pandémie.

 

Mercer entend donc aider les employeurs à comprendre l'importance de surveiller les fluctuations monétaires et d'évaluer les pressions inflationnistes et déflationnistes sur les biens, les services et le logement dans toutes les villes où ils sont implantés. Ces données les aident également à déterminer et à maintenir les packages de rémunération des salariés en mobilité internationale et travaillant à l'étranger. En outre, le coût de la vie et du logement d’une ville peut avoir un impact significatif sur son attractivité pour les talents et influence donc les décisions de sélection opérées par les organisations qui se développent et transforment leur empreinte géographique.

 

 

Une année placée sous le signe du recul pour les villes américaines

Les villes des États-Unis ont reculé dans le classement de cette année, principalement en raison des fluctuations monétaires entre mars 2020 et mars 2021, malgré l'inflation croissante des biens et services dans le pays.
New York (14ème) est la ville la plus chère des États-Unis, même si elle perd huit places par rapport à l'année dernière, suivie de Los Angeles (20ème), San Francisco (25ème), Honolulu (43ème) et Chicago (45ème). Winston Salem (151ème) reste, elle, la ville américaine la moins chère de l'enquête.

 

San Juan (Porto Rico) (89ème) a perdu 23 places en raison d'une déflation dans le second semestre 2020 et d'une très faible inflation au début de 2021, ce qui a affecté sa position dans le classement.

 

Le dollar canadien s'est apprécié par rapport au dollar américain, entraînant des sauts dans le classement 2021. Vancouver (93ème) est la ville canadienne la plus chère du classement, suivie de Toronto (98ème) et de Montréal (129è). Classée 156ème, Ottawa est la ville la moins chère du Canada.

 

En Amérique du Sud, Port_d’Espagne (91ème) est la ville la plus chère du classement, suivie de Port-au-Prince (92ème) et de Pointe-à-Pitre (107ème) qui gagne 27 places par rapport à l’an dernier. Brasilia (205ème) est quant à elle la ville sud-américaine la moins chère.

 

 

En Europe, trois villes figurent dans le top 10 des villes les plus chères

Cinquième au classement mondial, Zurich reste la ville européenne la plus chère, suivie de Genève, 8ème qui gagne une place par rapport à 2020 et de Berne (10ème).

 

L’appréciation de l’euro a permis à plusieurs villes européennes de grimper dans le classement. Paris se hisse ainsi de la 50ème à la 33ème place, gagnant plus de 17 places, tandis que Lyon, loin d’être en reste, passe de la 123ème à la 100ème place.

 

 « L’inflation est restée faible en France depuis notre dernière enquête. Cette apparente stabilité masque cependant de fortes variations. Par exemple, après avoir fortement baissé au début de la crise sanitaire, les prix de l’énergie ont pratiquement retrouvé leurs niveaux pré-pandémie. La progression des prix étant faible, la remontée des villes françaises dans le classement est exclusivement due à l’appréciation générale de l’euro depuis 2020, en particulier par rapport au dollar américain », commente Jean-Philippe Sarra, Responsable conseil Mobilité Internationale chez Mercer France.

 

Au Royaume-Uni, la monnaie locale restant forte également, Londres (18ème) et Birmingham (121ème) gagnent respectivement une et huit places.

 

 

Beyrouth, 3ème du classement mondial, en tête au Moyen-Orient, N’Djaména reste toujours la ville la plus chère d’Afrique

Les Émirats arabes unis ont continué à diversifier leur économie, ce qui a réduit l'impact de l'industrie pétrolière sur le PIB. Ce processus en cours a entraîné une évolution négative des prix à Dubaï (42ème) et à Abu Dhabi (56ème). Beyrouth devient la ville la plus coûteuse du Moyen-Orient pour les salariés en mobilité, faisant un bond de 42 positions pour atteindre la troisième place du classement mondial.

 

N'Djaména (13ème), Lagos (19ème) et Libreville (20ème) sont les première, deuxième et troisième villes les plus onéreuses d'Afrique alors que Lusaka, classée 208ème, est la moins chère.

 

 

La moitié des 10 villes les plus chères sont situées en Asie et dans le Pacifique les villes australiennes progressent

Achgabat, capitale du Turkménistan, a gagné une place dans le classement 2021, ce qui en fait la ville la plus chère pour les salariés en mobilité, tant en Asie que dans le monde. Hong Kong (2ème), Tokyo (4ème), Shanghai (6ème), Singapour (7ème) et Pékin (9ème) suivent le mouvement.

 

Mumbai (78ème) est la ville la plus chère d'Inde mais a perdu 18 places dans le classement de cette année en raison de la faiblesse relative de la roupie indienne par rapport aux autres villes du classement.

 

Les villes australiennes ont progressé dans le classement, la monnaie locale s'étant considérablement appréciée par rapport au dollar. Sydney (31ème), la ville australienne la plus chère a gagné 35 places, suivie de Melbourne (59ème), qui a gagné 40 places.

 

 

* Les données de Mercer ont été recueillies en mars 2021 ; les écarts de prix dans de nombreux endroits n'étaient pas significatifs au moment de la collecte des données en raison de la pandémie, car diverses mesures ont été adoptées par les gouvernements du monde entier, comme le fait de s'abstenir de percevoir la taxe sur la valeur ajoutée pendant un certain temps.

 

** Commuting : forme de mobilité qui permet à la personne expatriée de travailler la semaine dans un autre pays et revenir le week-end dans son pays d’origine.

 

Note aux éditeurs

Reconnue pour être l’une des plus exhaustives, l’enquête sur le coût de la vie et du logement de Mercer qui porte sur plus de 400 villes, a pour but d’aider les multinationales et les gouvernements à déterminer les stratégies de rémunération de leurs salariés expatriés. New York est utilisée comme ville de référence, pour toutes les comparaisons et les mouvements de devises sont mesurés par rapport au dollar américain. Le classement de cette année comprend 209 villes sur les cinq continents et mesure le coût comparatif de plus de 200 articles dans chaque lieu, notamment le logement, le transport, la nourriture, l'habillement, les articles ménagers et les loisirs. Les données recueillies fournissent tous les éléments clés dont les employeurs ont besoin pour concevoir des régimes de rémunération efficaces et transparents pour les expatriés. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Les chiffres des comparaisons du coût de la vie et du coût des logements locatifs de Mercer sont issus d'une enquête menée en mars 2021. Les taux de change de cette époque et le panier international de biens et de services de l'enquête sur le coût de la vie de Mercer ont été utilisés comme mesures de base.

Les gouvernements et les grandes entreprises utilisent les données de cette enquête pour protéger le pouvoir d'achat de leurs salariés lorsqu'ils sont mutés à l'étranger ; les données sur le coût des logements locatifs sont utilisées pour évaluer les allocations de logement des expatriés locaux. Le choix des villes étudiées est basé sur la demande de données de la part des clients de Mercer.

 

CONTACT INFORMATION